Experiences of Female Long-Distance Labour Commuters from Kelowna to the Oil Fields of Alberta

Stephanie Nagy, Carlos Teixeira

Abstract


This study explores the challenges faced by female long distance commuters from Kelowna, British Columbia, when working in the oilfields of Wood Buffalo, Alberta—specifically, how they reinforce, resist, or reconcile tensions of gender within the male-dominated resource extraction workforce. Data from a survey of nine women and five semi-structured interviews with female resource extraction workers indicate that high wages motivated them to take up long distance commuting while social ties, homeownership and environmental attractions tethered them to Kelowna and the Okanagan area. The most apparent barrier for women is the almost insurmountable challenge of accommodating motherhood with long distance commuting. As workers, the study participants faced disparaging judgments about their knowledge and competence, even in cases where the participant held a higher-rank and had extensive work experience. The women used various avoidant strategies to minimize exposure to sexist comments or behavior that made them uncomfortable. The paper focuses on how the discourses of neoliberal ideology and hegemonic masculinities influenced women’s perceptions of gender-related tensions at work. Individualism, competition and concerns over job security all affected women’s assessments of workplace-related harm and views of each other as well as their male co-workers. The women simultaneously experienced and reinforced marginalization at work through gender stereotypes of both men and women; they revealed a perplexing combination of sensitivity to sexist treatment and strong reluctance to complain about harassment or gender discrimination. Recommendations to ameliorate women’s working conditions and thus their integration into the labour force are noted.

Keywords: female mobile workers; oil industry; long-distance labour commuting; resource extraction industry; Kelowna

-----------------------------------------

Expériences des travailleuses faisant la navette longue distance entre Kelowna et les champs de pétrole de l'Alberta

Cette étude qualitative explore certains des défis auxquels font face les femmes qui font la navette longue distance de Kelowna, en Colombie-Britannique, lorsqu'elles travaillent dans les champs pétrolifères de Wood Buffalo, en Alberta - en particulier, comment elles renforcent, résistent ou réconcilient les tensions entre les genres au sein de la main-d'œuvre d'extraction des ressources dominées par les hommes. Les données, basées sur des questionnaires d'auto-évaluation de neuf travailleuses de l'extraction des ressources et des entretiens semi-structurés avec un sous-ensemble de cinq femmes, indiquent que les salaires élevés les ont motivées à entreprendre de longs trajets tandis que les liens sociaux, la propriété et les attractions environnementales les ont attachés à Kelowna et la région de l'Okanagan. L’obstacle le plus apparent pour les femmes est le défi presque insurmontable d’accommoder la maternité avec les trajets longue distance. En tant que travailleuses, les participantes à l'étude ont fait face à des jugements désobligeants sur leurs connaissances et leurs compétences, même dans les cas où la participante détenait un grade supérieur et avait une vaste expérience de travail. Les femmes ont utilisé diverses stratégies d'évitement pour minimiser l'exposition aux commentaires ou comportements sexistes qui les mettaient mal à l'aise. L'article se concentre sur la façon dont les discours sur l'idéologie néolibérale et les masculinités hégémoniques ont influencé les perceptions des femmes au sujet des tensions liées au genre au travail. L’individualisme, la concurrence et les préoccupations sur la sécurité de l’emploi sont tous des facteurs qui ont affecté les évaluations des femmes concernant les préjudices liés au lieu de travail et les opinions mutuelles ainsi que celles de leurs collègues masculins, sur le lieu de travail. Les femmes ont simultanément connu et renforcé la marginalisation au travail à travers les stéréotypes de genre des hommes et des femmes; elles ont révélé une combinaison apparemment déroutante de sensibilité au traitement sexiste et de forte réticence à se plaindre de harcèlement ou de discrimination fondée sur le sexe. Des recommandations visant à améliorer les conditions de travail des femmes et donc leur intégration dans la population active sont notées.

Mots-clés: Travailleuses mobiles, industrie pétrolière, travail à longue distance, industrie de l'extraction des ressources, Kelowna

Full Text:

PDF


The Journal of Rural and Community Development is supported by SSHRC.

SSHRC Logo